John Hodgkinson, Président du Parti Radical de France


Candidat à l'élection municipale de Lachamp Raphaël en mars 2020.
Mon programme pour Lachamp en douze points et six ans.

•  Préserver la commune d'une fusion/disparition.
Dans une circulaire en 2018, le gouvernement a indiqué aux préfets que « le développement des communes nouvelles » était « une priorité », en rappelant notamment les incitations financières avec « une majoration des dotations de l'Etat lors des premières années de création ». Bien sûr, après ces « premières années », les dotations fondront comme neige au soleil et on se retrouvera sans dotations majorées et, surtout, sans commune ! Cela fait des décennies que le pouvoir central cherche à supprimer les communes, alors que la commune est le seul échelon de pouvoir démocratique qui fonctionne correctement et où l'on a des taux de participation de 90% aux élections. Je me battrai pour préserver notre commune et notre identité. Je suis le seul qui aura la volonté et l'expérience politique pour mener ce combat. A Lachamp, tout le monde le sait y compris mes adversaires les plus farouches.

•  Pas d'éoliennes.
L'éolienne n'est pas une solution viable pour réduire la pollution, au contraire, elle l'augmente et au bénéfice d'industriels étrangers. Le gouvernement veut multiplier par trois le nombre d'éoliennes dans les dix ans à venir. Elles ne seront pas installées près de Lyon ou Saint Etienne, mais bien chez nous. Nos atouts sont notre identité et nos magnifiques paysages. Il faut les protéger. L'administration précédente a voté en faveur d'éoliennes au Bois de Cuze. Celle d'avant (la même, en réalité) voulait installer une décharge à Lachamp : je cite « Si la taxe est bonne, je prends. » Encore une fois, je suis le seul candidat qui sera à même de protéger notre belle commune d'un tel saccage. Vous êtes prévenus.

•  Déneigement par la commune pour la commune.
Chaque hiver nous dépensons environ 20.000 euros pour le déneigement. En 2017/2018 le chiffre a dépassé 35 000 euros. Nous devons investir, acheter du matériel de déneigement et créer un emploi. Cela existait avant. L'incompétence de nos élus a mené à la disparition de ce service essentiel. Je m'engage à le restaurer.

•  Planter des arbres aux bords de la D122 pour empêcher les congères.
En Haute-Loire, ils l'ont fait. Nous ne sommes pas plus bêtes que nos voisins. Ces plantations serviront également à créer des aires de repos ombragées pour les touristes l'été, munies de poubelles et d'indications de sites à visiter.

•  Limiter la vitesse sur la D122 et réprimer les chauffards.
J'avais demandé cela aux autorités il y a plus d'une décennie. On m'a répondu que, du village au partage des eaux, c'était une ligne droite. Je vous laisse juger du sérieux. On connaît la suite : en 2014 un jeune homme de dix-huit ans a manqué le virage à 300 mètres de chez moi et s'est tué. Ses parents ont érigé une stèle au début de la route de la Luc. Combien de stèles faudra-t-il encore avant que nous réagissions ? Encore une fois, vous savez tous que je suis le seul candidat capable d'y remédier. A vous de choisir.

•  Transparence administrative.
« A Lachamp, tout ce qui est public est privé, et tout ce qui est privé est public ». Mon camarade chamier qui m'avait dit cela en 2001, lors de ma toute première candidature, se reconnaîtra. Je mettrai fin à ce système abusif, tous les documents seront publiés et affichés, et aux séances du conseil municipal élus et public s'assiéront tous autour de la même table et tout le monde aura droit à la parole. Cela existe à Sainte Eulalie et au Béage, cela fonctionne parfaitement et les résultats sont là. Il faut qu'on sorte de l'âge des ténèbres. Quand on ne sait pas faire, il faut copier sur son voisin.

•  Rouvrir les drayes et stopper le détournement des biens et des fonds publics.
Notre réseau de drayes nous permet de circuler partout sur la commune à pied. Il faut mettre fin à l'appropriation de ces voies publiques par des individus asociaux. Que les riverains y posent des portes agricoles pour y pâturer leurs bêtes, ne pose aucun problème. Par contre, nous devons pouvoir y circuler librement et en sécurité. J'assurerai ce droit fondamental. Cependant, si les promeneurs abusent de ce droit et ne respectent pas notre tranquillité, je les sanctionnerai en ma qualité d'officier de police judiciaire. Je suis le seul candidat en mesure de le faire, là aussi, vous en êtes tous conscients.

•  Restituer le pacage communal gratuitement à ses propriétaires, qui sont les habitants de la commune et personne d'autre. Supprimer la carte à myrtilles.
Le pacage communal sera redistribué aux habitants de Lachamp Raphaël car c'est bien eux qui en sont les propriétaires. Il n'y aura plus d'estivants étrangers à la commune. Si les gens veulent du pacage communal à Lachamp, ils n'ont qu'à venir y habiter.
Actuellement vous payez 50 euros pour ramasser des myrtilles qui vous appartiennent. C'est un non-sens total. J'y mettrai fin. Si des étrangers à la commune viennent piller notre bien, je les sanctionnerai. Faites-moi confiance, je sais faire.

•  Relancer la construction en pierre et en lauzes.
La commune est parsemée de bâtiments en pierre écroulés que je propose de faire remettre en état. Je lancerai un programme ambitieux pour les rebâtir avec les artisans du pays. On créera des emplois et on préservera notre identité. L'administration précédente voulait construire un lotissement de maisons en pacotille, comme à Coucouron. Heureusement pour nous, le projet avait tourné au fiasco. Tout ça, c'est bon pour Valence ou Givors mais ici, c'est le Plateau ardéchois, et on a notre identité.

•  Développer le tourisme vert.
On pourrait commencer par installer des panneaux aux entrées du village : « Bienvenue à Lachamp Raphaël. Le village le plus haut de l'Ardèche vous accueille ». A partir de la place du Coudeyre, la draye vous mène à Férussier, ensuite à Miralier, ensuite au Ray-Pic. Nous sommes assis sur une mine d'or en matière de tourisme vert. Il y a plusieurs années, un conseiller municipal (qui se reconnaîtra, lui aussi) avait plaidé en faveur de la réfection du pont aux Planchettes, entre Coudeyre et Férussier. Rien n'a été fait. Les vielles tôles du pont n'inspirent pas confiance, c'est le moins qu'on puisse dire. Ca coûte moins cher qu'un lotissement à ériger, et c'est opérationnel de suite. Il nous faudrait aussi une salle hors-sac pour les randonneurs et pourquoi pas un camping ? Ce dernier projet a existé de par le passé, comme tant d'autres projets ces vingt dernières années, et comme tant d'autres projets, il a été rejeté avec mépris. Le résultat est là : nous sommes devenus un village fantôme. Les mêmes sont au pouvoir depuis trente-sept ans. S'ils avaient une quelconque compétence en la matière, ça se verrait.

•  Favoriser nos commerces.
Nous avons la chance qu'il nous reste quelques commerces au village et un centre équestre de grande qualité. Je les soutiendrai en tous leurs projets et activités.

•  Créer des emplois.
Nous avons de la ressource humaine à Lachamp et au-delà, sur le Plateau. Le programme que je vous propose créera forcément des emplois. Il suffit de le vouloir. Il faut être ambitieux. Depuis vingt ans, le département a repris (sans me remercier, bien sûr), plusieurs de mes projets, notamment la navette qui fait le tour des sites du Plateau l'été et les transports gratuits (ou presque !) autour de Vals-les-Bains (Tout'enbus). Notre Jérusalem à nous reste cependant un tas de pierres à Mazan, malgré mes appels à remonter l'abbaye, ce bijou cistercien. L'inertie des élus responsables est un crime contre l'humanité et contre la chrétienté. Il faut les secouer. Je le ferai, et que Dieu bénisse l'Ardèche, notre merveillous païs.

Notre site